Noëlle Sivrière Artiste Plasticienne

Le syndrome de la Cabane

Ces travaux résultent des observations des périodes de confinement puis de déconfinement durant les mois de mars avril et mai 2020.

HUT
SY
ND

RO
ME

Le syndrome de la cabane correspond à la peur de sortir de son enfermement. Ce syndrome a été théorisé au début du XX ème siècle après la ruée vers l’or en Californie.

Le LienEncre sur papier japon Awagami 30X40cm
Contact 1Mine de plomb sur papier 30X40cm

Les hommes partaient plusieurs mois chercher de précieuses pépites et dormaient dans de petites cabanes de fortune, isolés de la civilisation.

A leur retour , ils éprouvaient une méfiance à l’égard des gens qui les entouraient , peur de la vie sociale et nostalgie de leur vie recluse.

C’est un état émotionnel transitoire.


ConfinemenLinogravure impression sur papier Fabriano 300gr 60X120cm
ConfinementMatrice de la linogravure Confinement 60X120cm

Déconfinement et liberté L’état émotionnel , mais heureusement , transitoire, prime sur le sentiment de liberté retrouvée. Bien que les barrières et les frontières s’ouvrent, un sentiment de mal être demeure.

Ce travail s’est inspiré de lectures de nombreux témoignages de personnes touchées par ce syndrome étrange mais bien réel, suite au déconfinement.

Contact 2Encre sur papier Japon Awagami 30X40cm
DéconfinementLinogravure sur papier Fabriano 300gr 60X120cm


L'ART
DOIT
ET PEUT
S'ENGA
GER


Par le langage de la gravure sur cuivre, puis sur lino, et enfin avec encres et graphites, je retransmets.

L’exercice de la gravure nécessite une projection mentale. L’esprit , le corps et les mains sont mobilisés et travaillent ensemble dans une même tension, parfois en apnée… C’est un dialogue avec la matière servant à retranscrire.